dimanche, octobre 05, 2014

Si tu les avais connus plus longtemps (1 de 2)

Dès le départ, tu les as admirés et aimés de tout ton coeur. En dépit de toutes tes inquiétudes. Que je manque d'argent, que je ne termine pas mes études, que je manque de caractère pour faire face à tous les impondérables de la vie....Non. Ce dernier point, chaque fois que tu as pu en douter, tu t'es rétracté et m'as souligné avec émotion comme cela te rassurait que j'aie suffisamment de force et de détermination pour faire face à l'adversité.

J'ai eu un autre enfant, papa.
Oui, un AUTRE. De ton vivant tu t'en serais inquiété. Mais plus maintenant je le sais. Tu me connais assez pour savoir que je gère. Je fais les coins ronds parfois, nécessité oblige, mais je gère. Je suis loin d'être une mère exemplaire mais je fais de mon mieux et je les aime plus que tout, du premier au dernier.

Je sais combien tu aurais été comblé aussi dans ton rôle de papi. Si tu les avais connus plus longtemps, tu aurais été totalement conquis. Je veux dire, encore plus que tu ne l'étais déjà.

Si tu l'avais connu plus longtemps, tu aurais constaté à quel point celui que tu appelais jadis "mon ti-pou" ou encore "Charlot", ton premier petit-fils est devenu un fabuleux jeune homme. Il a quitté la maison depuis plus d'un an déjà, il vit à Baie-Comeau pour étudier. Tu serais tellement fier de savoir que mes enfants étudient et qu'ils excellent à l'école ! Tu serais fier de la rigueur de Charles. Il t'impressionnerait par son intégrité, son sens de l'engagement et des responsabilités, sa maturité, sa débrouillardise et aussi...sa ravissante amoureuse que tu complimenterais sans arrêt...doublement parce qu'elle est réservée et que l'insistance de tes mots charmeurs la rendrait sans doute mal à l'aise.

Nul doute que tu discuterais d'actualité avec Fils Aîné. Tu le trouverais passionné d'environnement, d'équité, de justice sociale...et tu ne manquerais pas de lui souligner comme il te fait penser à moi au même âge. Tu serais ému en le regardant et tu lui glisserais parfois un ou deux billets de 20$ en le regardant quitter ta demeure...Juste pour le plaisir de lui faciliter la vie. Toi qui étais plutôt casanier tes dernières années, peut-être te serais-tu proposé de faire la route jusqu'à Baie-Comeau par amour, bienveillance et par simple curiosité d'aller voir "comment il est installé là-bas".

Tu te rappelles sans doute de la personnalité flamboyante de Grand-Charme. Si tu l'avais connu plus longtemps, tu aurais constaté qu'il n'a rien perdu de sa verve, loin de là. Comme toi il se démarque par son magnétisme, ses couleurs propres, sa créativité, sa vivacité d'esprit. On recherche et apprécie sa compagnie parce qu'il est sensible aux autres et qu'il nous fait rire. Je m'étonne régulièrement de constater comme il te ressemble: les mêmes mains osseuses, la même silhouette filiforme, les mêmes yeux creux, le même teint basané, des traits de personnalité communs...et même aussi ta manière de te soustraire à certaines obligations en te fiant sur les autres...on ne pouvait rien te refuser....On aimait tant demeurer dans tes bonnes grâces ! Grand-Charme est conscient de te ressembler et quand nous voyons ta famille et qu'elle lui souligne vos ressemblances, le voilà parfaitement comblé. Si tu rencontrais sa belle Péruvienne, je le sais, tu t'efforcerais d'apprendre des mots en espagnol pour l'impressionner....Pathétique charmeur, va !

Si tu as d'abord eu du mal à comprendre la nature indépendante, calme et sérieuse de Tout -Doux, tu as rapidement appris à la respecter. Tu te rappelles: après 1h15 de route, nous arrivions chez toi. Aussitôt réveillés, les enfants se précipitaient pour vous sauter dans les bras à Marianne et toi. Sauf lui. Il vous ignorait. Tu lui adressais la parole et il regardait ailleurs, imperturbable. Ça t'insultait, tu te fâchais, devenais grognon. Je te disais: "Papa, tu le sais, Tout-Doux n'a pas le même rythme que les autres. Il faut le laisser se réveiller, il "dégèlera" et il te sautera dans les bras un peu plus tard."

Tu te calmais et il allait se blottir contre toi quelques instants plus tard...quand lui l'avait décidé. Il n'avait pas encore 2 ans. Tu as appris à respecter son rythme. Son sérieux. Ce n'était pas un enfant rieur. Il est toujours aussi "intérieur", solitaire, impassible et très peu spontané. Il est bien ainsi. Toutefois, il a beaucoup changé ces deux dernières années. Il a développé de l'auto-dérision, une grande curiosité. C'est un fin observateur. Il est même habilement baveux. Il ne parle pas souvent mais il est ultra-lucide. Il nous étonne quand il se met à nous parler de tel conquérant, de ses stratégies de guerre ou de l'étendue de ses territoires géographiques. Il s'exprime bien, aide ses frères en français. Où cueille-t-il toutes ces informations? Il connait un tas de trucs qu'il garde pour lui alors qu'il aurait de quoi gagner des crédits pour son excellente culture...mais se vanter n'est pas dans sa nature. Il est discret et ne se donne pas à connaitre si facilement. Une journée, c'est à peine s'il te dira bonjour et le lendemain, le voilà allumé, passionné à te raconter un phénomène scientifique qui le fascine. Il ne sera alors plus arrêtable, mieux vaut donc avoir du temps à lui consacrer. Ces moments avec lui sont précieux.

C'est un grand altruiste dans l'âme même s'il trouve souvent les humains trop compliqués. Il préfère les animaux, ils sont moins de trouble. C'est depuis que nous avons notre grosse mongole (une jeune chienne angoissée disqualifiée chez Mira) que Tout-Doux a commencé à rire. C'est étonnant, je sais, mais je ne l'avais jamais entendu rire aux éclats avant d'avoir ce chien. Il avait pourtant 12 ans !

Il se propose souvent pour me faire des massages et il s'y applique vraiment. Il est d'une grande patience, une qualité que ni toi ni moi ne possédons. Il est conscient de l'ampleur de mes maux de dos et me fait beaucoup de bien. C'est une âme généreuse qui donne sans compter. Je lui dis qu'il pourrait facilement travailler en relation d'aide plus tard vu son calme rassurant, sa véritable écoute, son empathie, sa compréhension naturelle de l'humain, sa capacité à lire entre les lignes. Ça ne l'intéresse pas. Il aura 15 ans dans quelques jours. Je suis confiante, il me rend si fière, il trouvera sa voie.

Coco avait tout juste 6 ans quand tu nous as quittés. Il garde bien peu de souvenirs de toi. Et toi, qu'as-tu gardé de lui? Jamais tu n'oublieras sa naissance, je le sais. Tu étais si fier de l'accueillir avec nous !

Il a maintenant 13 ans. Je l'admire pour son exquise intégrité. Ce beau garçon est fidèle à lui-même, authentique sous toutes ses coutures: dans ses colères (de mieux en mieux dosées, bravo), dans ses élans de bonne humeur, dans sa générosité. Pour écoeurer ses frères aussi. Il a de l'humour, une adorable subtilité et un ravissant vocabulaire. Il est délicat, fiable et diplomate. Il n'aime pas faire de la peine aux autres et comme ses frères, il fait preuve d'une belle gratitude quand on lui offre quelque chose. Il ne prend rien pour acquis et sait s'excuser quand il le faut. On l'amène au cinéma, on commande du resto? Il sait que c'est un spécial et il pense à remercier. J'apprécie cela, qu'il sache être reconnaissant. Tu apprécierais aussi sa politesse parce que tsé, "les jeunes de nos jours sont si impolis..."

Récemment il m'a raconté s'être senti mal à l'aise d'entendre son jeune frère quémander des cadeaux  à son autre papi au téléphone (ma fille avait fait la même chose à son arrière-grand-mère quelques jours plus tôt). Les enfants vieillissent, commencent à intégrer certains "codes de civilité"...quand ce n'est pas moi qui leur explique ce qui ne se fait pas, les plus vieux s'en chargent. "On ne peut pas exiger un cadeau, voyons !!" Les petits se demandent pourquoi, essaient d'intégrer la réponse.

Si tu avais connu plus longtemps mon Coco, tu serais amusé, fier de sa droiture, de son honnêteté, de la petite lueur d'espièglerie qui brille dans ses yeux bleus. Son esprit est vite comme l'éclair, tu aimerais sa répartie. Même quand il est posé et détaché, on voit bien que son cerveau n'est jamais éteint. Ses yeux parlent, ses silences aussi. Il a le "move". Il devrait danser, je le lui répète, il bouge tellement bien ! Il refuse net, ne reconnait pas son talent. La jeune fille qui gagnera son coeur sera choyée...j'ai déjà hâte de la rencontrer car si elle gagne son estime c'est qu'elle aussi sera une demoiselle exceptionnelle...

(à suivre...)





samedi, septembre 20, 2014

Evelyne

Je me rappelle d'une fin de soirée il y a environ 11 ans. Les enfants étaient couchés, mon amoureux et moi étions assis sur le plancher du sous-sol et c'est là que j'ai senti bouger bébé Thomas dans mon ventre pour la première fois. C'est également ce soir-là que mon amoureux a, lui aussi senti son enfant à travers ma peau.

Il s'était inquiété que cette "première fois" ait moins d'importance pour moi parce que c'était ma cinquième "première fois". J'avais tenté de le rassurer: chaque grossesse était unique et ce bébé avait autant d'importance pour moi que les autres. Non, je ne m'émerveillais pas moins de cet instant singulier parce que c'était ma 5e grossesse. J'étais émue, bouleversée d'amour pour la pépite de petit gars qui grandissait en moi.

Il avait semblé avoir du mal à concevoir que ce fut possible et il avait téléphoné à sa maman, heureux de partager cet instant avec elle qui se réjouirait de son bonheur. J'avais été attristée qu'il ait du mal à me croire, moi qui étais si entière et si sincère dans mon émotion vis à vis ces premiers mouvements si précieux pour moi !

Il y a une semaine, notre bébé 8 est arrivée dans notre vie dans des circonstances particulières. Nous avons mis plusieurs jours à nous remettre de nos émotions. Depuis, dans le visage de l'homme de ma vie,  la plus grande fierté du monde. Chaque fois que ses yeux se posent sur le nouveau-né qu'il a lui-même accueilli sur le divan de notre salle à manger, une explosion d'émotion et de fierté. Je vois bien à quel point il l'aime follement, combien elle le fascine et combien il se dévouerait pour elle.


Je ne puis m'empêcher de penser à son inquiétude d'il y a onze ans que les enfants subséquents aient moins d'importance ou de valeur que le premier. Est-ce que notre petite Evelyne a moins d'importance dans son coeur parce que c'est son quatrième enfant? En a-t-elle moins pour moi parce que c'est ma huitième merveille du monde?

Je rirais insolemment au visage de celui ou celle qui oserait douter de cela.

Evelyne occupe mes journées autant que mes nuits depuis son arrivée. Je passe des heures entières à la contempler à travers tous les futiles petits accomplissements d'une journée. Pour la huitième fois de ma vie, je m'émeus devant l'amour infini et inconditionnel que l'on peut porter à son enfant que l'on ne connait pourtant pas encore simplement parce que c'est le nôtre.

Notre brunette mignonette a tout juste huit jours, nos nuit sont plutôt carencées en sommeil, notre efficacité est déficiente, notre organisation chaotique et pourtant, nous ferions pour elle tout le nécessaire pour qu'elle soit la plus heureuse des petites filles.




vendredi, juillet 18, 2014

La mère du St-Hubert

Nous sommes casaniers. Ou paresseux. Ou bedon gratteux. Ou logistiquement limités. Reste que quand on sort au resto, plus souvent qu'autrement, on le fait quelquefois quand les grands sont chez leur père.

Il y a quelques mois (ouf oui, je pense à cette mère depuis tout ce temps), nous prenions notre repas tranquillos dans un St-Hubert avec les deux plus jeunes. À côté de nous, une femme seule et ses trois petites filles. Quatre ans, 2 ans et demi et 10 mois. Genre.

L'heure de partir. La femme commence à habiller ses filles. Celle du milieu a besoin d'aller à la toilette. Posée, la mère se lève, somme la "grande" de surveiller le bébé pendant qu'elle amène la "milieu" aux toilettes. J'observe, amusée et impressionnée.

Après un moment, le bébé commence à rechigner. La mère ouvre la porte des toilettes tout près, fait des coucous à son bébé fille puis retourne aux fesses de fillette du milieu. Bébé chiâle again, maman ressort pour faire des coucous.

Je souris.
Je l'ai trouvée hot.

Dire qu'il fut un temps où je fus aussi hot.
C'est intense avoir de jeunes enfants. Plusieurs jeunes enfants en même temps.
On a les bras pleins, on développe nos trucs, on fait de notre mieux.

Aujourd'hui c'est facile, les grands sont devenus des aidants naturels pour la jeune fratrie.
Eux aussi sont hot.

Je suis sortie de là impressionnée.
Autant d'elle que de moi, en me rappelant qu'il y eut une époque où j'avais autant d'énergie que de patience avec ma belle marmaille.

samedi, mars 22, 2014

Mistigri

La Vie vous réserve parfois des hiatus là où vous vous y attendiez le moins.

Voici le nôtre pour cet hiver...celui qui m'a fait sombrer dans un lourd sommeil, qui a modifié mes goûts, mon odorat et mes humeurs, qui a généré bien des réflexions pendant qu'il faisait tranquillement sa place au creux de moi.
Frédéric a proposé de l'appeler...Mistigri. Charmant non?

Eh oui, celle que l'on croyait notre dernière, notre Bébé fille, notre belle Choupette, la cerise féminine sur notre masculin sundae devra faire une petite place à BB8. :)



jeudi, mars 20, 2014

Une lettre, une femme

C'était il y a peut-être quatre ans. Mon père était décédé depuis deux ans. Sa femme m'avait remis une boîte avec des albums, des dossiers professionnels, les bottes de son uniforme de gendarme et quelques autres souvenirs qu'il gardait précieusement, lui qui n'était pas vraiment attaché à quoi que soit de matériel.

Cette boîte: un coffre aux trésors contenant des parcelles de lui. Mon père, si "socialement" généreux, si expansif, si plein d'aisance, de charme, de charisme et de volupté, était pourtant un homme secret.

Dans le coffre aux trésors, la lettre d'une femme.
Une lettre qui a changé ma vie.

Je ne connaissais pas cette femme qui avait traversé son parcours mais elle m'avait bouleversée et je devais le lui dire.

Elle se souvenait de moi et finalement j'ai réalisé que je me rappelais d'elle aussi. De ses enfants, surtout. J'avais 6 ans, mon frère 7. Sur le pas de la porte d'une maison, nous nous apprêtions à partir. Mon frère et moi étions intimidés par les deux petits garçons de 5 ou 6 ans qui se tenaient collés l'un près de l'autre sur les escaliers. Tous les quatre nous nous dévisagions, figés par notre gêne enfantine commune.

Les 27 années qui ont suivi -si-si, si longtemps- nous nous rappelions cet instant. "Tu te souviens papa des deux petits garçons dans l'entrée..." (je les appelais par leurs prénoms dont j'adorais la fluidité) Et les yeux de mon père s'illuminaient. "Oui, oui, c'est vrai, vous étiez si gênés...!" Et il souriait. Chaque fois que nous les évoquions, nous répétions inlassablement la même chose (il n'y avait rien à dire d'autre) et chaque fois un courant passait entre nous. Comme un secret (qui n'en était pas vraiment un) réactivé et qui nous liait à un moment dont nous nous rappelions l'âme avec précision. Étonnant comme on peut se rappeler l'émotion, le feeling d'un instant qui pourtant n'avait rien de significatif pour la petite fille que j'étais.

J'avais juste "oublié" le prénom de leur maman, qui est devenue ces 4 dernières années une des plus précieuses amies, confidentes et alliées de ma vie. Cette femme d'une rare authenticité fut un véritable coup de foudre pour moi.

En quelques échanges, nous eûmes l'impression de nous connaitre depuis toujours, comme deux vieilles amies liées par un "autrefois" inexplicable qui n'avait rien à voir avec notre "rencontre" furtive 29 ans plus tôt.

Ma considération fut totale, la sienne aussi. Il y avait en elle une objectivité, une sagesse, une innommable grandeur d'âme, une articulation des idées, une franchise merveilleuse livrée si authentiquement et avec un si heureux mariage de vérité crue et de doigté que celle-ci ne pouvait qu'être bien accueillie. Et le sucre béni de son humour, Ô bonheur, quel délice ! Elle savait saupoudrer là où il le fallait son auto-dérision et son cynisme tout autant que son raffinement. Elle était la professionnelle d'un dosage parfait entre sagacité, humour, élégance, générosité, délicatesse, intégrité,  jugement, force de caractère et esprit.

Comme je me suis battue, souvent rageusement, pour trouver ma véritable place amoureuse et professionnelle ces dernières années ! Et elle, en retraitée qui avait connu des décennies plus tôt des batailles semblables, des doutes mais aussi des accomplissements professionnels, de me raconter combien avec du recul, la seule véritable réussite de sa vie était ses fils. On a tous besoin de se prouver notre valeur ailleurs qu'auprès de ses enfants mais au final, pour elle, sa maternité et l'éducation de ses fils l'emportait sur l'échelle des accomplissements. Elle était lucide pourtant, pas de ces mères aveuglées par la simple filiation qui idéalisent leurs enfants, les élèvent coûte que coûte au-dessus de tout et les érigent en Intouchables.

Non. Elle était fière mais réaliste.

Les responsabilités familiales, parfois lourdes quand on s'y dissout presque entièrement, prend tout son sens quand on constate avec émotion combien nos investissements d'amour, de temps, de franchise, de dévouement et de principes ont porté fruit des années plus tard. Elle en était là.

Depuis son arrivée dans ma vie, j'ai abandonné des luttes inutiles, des quêtes vaines. J'accepte et vis pleinement ce que je possède, j'apprécie mes réussites, aussi futiles ou discrètes soient-elles même si j'ai souvent l'impression de vivre dans l'ombre des réussites et ambitions professionnelles de mon amoureux, comme si c'était tout ce qui compte dans une vie. J'accorde davantage de valeur à ce qui ne possède pas d'unité de mesure quantifiable.

Mes incertitudes, mes doutes, mes luttes parfois ridicules contre moi-même, elle a toujours su les reconnaitre et sans nécessairement le faire exprès, les désamorcer. C'est peut-être justement cette impression de sans faire exprès qui faisait d'elle une amie si exceptionnelle. Qui réussit à laisser savoir ce qu'elle pense mais qui ne brusque pas, qui n'impose pas. Et n'allez pas croire que c'est parce qu'elle n'avait pas d'opinions ou de convictions ! En belle personne authentique, on sentait bien ce qui l'animait, ce qui la faisait vibrer ou ce qui la révoltait ! Et des révoltes, elle en avait ! Elle les livrait si fougueusement qu'elle en devenait doublement et adorablement attachante.

Belle combative, pacifique belligérante, des combats, elle en a vécu aussi. Dans ses quêtes de femme, d'amoureuse éperdue qui aime, espère et attend, qui offre et donne sincèrement, dans ses blessures passées, dans sa bienveillance et sa volonté de vouloir préserver ceux qu'elle aime quitte à tout porter sur ses seules épaules d'inébranlable Reine Mère. Contre le cancer, aussi.

Elle aura lutté longtemps et en toute discrétion pour éviter d'imposer de la souffrance à tous ceux qu'elle aimait et qui redoutaient le retour de la Bête. Elle était consciente de ce que son corps portait, elle faisait les suivis qu'il fallait mais ne s'en faisait pas outre mesure. Elle avait compris qu'il faut profiter de la vie quand il le faut, se démener quand il le faut et lâcher prise quand il le faut.

Lâcher prise, elle a su le faire avec conscience, humour et élégance. Tout à fait à sa manière.

Même malade, la Reine Mère continuait d'habiter l'espace avec contenance, force et dignité. Elle savait user de dérision pour parler de sa mort imminente, elle savait maintenir un "climat d'au revoir" lucide mais sans triste grisaille.

Sa sérénité face à la mort était rassurante, apaisante.
Elle est partie tout doucement dimanche dernier entourée de ses précieux fils, de sa bru adorée et de sa grande amie et complice de toujours.

Malgré son départ, je ne puis qu'être émue, bouleversée d'amitié de ce départ empreint d'amour, d'humour et de quiétude. Je pourrais être triste bien davantage et cela viendra mais depuis 4 jours, je me sens si pleine de gratitude de l'avoir eue dans ma vie que je ne puis que me sentir choyée à puissance 10, heureuse que ses proches aient pu être auprès d'elle pour l'accompagner vers son dernier voyage. Je suis reconnaissante envers la Vie que cette amie exceptionnelle et magnifique grande âme libre ait pu partir aussi heureuse, aimante et accomplie.

Cette femme a su apaiser par la force tranquille de son amitié mes incessantes tempêtes intérieures. Elle m'a insufflé encore davantage le goût de la qualité, du dévouement maternel, du plaisir des choses simples, mon amour de l'humour. Sa personne entière m'a charmée et inspirée. Nos échanges, les interminables courriels, le bon vin et les fous rires en sa compagnie me manqueront.

Inimittable Reine Mère, merci mille fois d'avoir enrichi ma vie et tel que discuté, n'hésite jamais à passer me voir; je ne crains pas les fantômes et je tâcherai de garder des "bonbons roses" et du bon vin en stock en tout temps !








mercredi, février 26, 2014

Du Anne-Lune plein les oreilles !

Fin d'après-midi. Les ados sont éparpillés dans la maison avec les ordinateurs et jouent à des jeux en réseau.

Coco (12 ans....et dire qu'il en avait à peine 4 lorsque j'ai ouvert ce blogue !) est attablé avec le laptop, bien concentré à défendre sa civilisation contre celles de ses ennemis et agacé par le background trop grouillant.

Background trop grouillant: Fred et Béatrice qui rient, dansent et "sprignent' sur fond de musique d'Anne-Lune, entrainante à souhait, tentant de chantonner les quelques paroles qu'ils ont apprises au fil des écoutes.

Soudainement Frédéric réalise que des enfants chantent aussi sur l'album (eh oui, ce sont les trois enfants de la chanteuse), ça l'emballe doublement et il monte encore un peu -pour la énième fois- le volume.

Coco s'énerve: cette musique est trop forte et l'agitation excessive de ses jeunes frère et soeur l'agresse. Il revendique qu'on BAISSE LE SON (c'est qu'on ne s'entend même plus penser ici d'dans) !

Au grand regret des plus jeunes, on diminue le son de la musique. J'explique alors à Frédéric que les jeunes enfants qui chantent sur le disque, ce sont les jumeaux d'Anne-Lune et leur petit frère. Il est très impressionné: "Tu la CONNAIS? Ce sont des ENFANTS et ils ont fait un DISQUE?"

Ayant entendu cela, Coco est soudainement pris de remords et s'excuse d'avoir OSÉ dire que la musique l'énervait et espère que je comprends que c'est juste que ça faisait bouger les petits d'une manière incontrôlable. Je souris. "C'est pas grave Coco, c'est de la musique pour enfants, tu ne fais pas partie de la clientèle-cible de toute manière."

Les thèmes de cet album sont l'environnement, l'entraide, le partage, des préoccupations réelles pour la chanteuse, une artiste et surtout une humaine engagée et cohérente dans ses choix vie.

"Tu sais que Anne-Lise a travaillé avec son amoureux pour réaliser cet album? Ils ont tout fait ensemble. Je renchéris avec une info qui fit un jour partie de son "époque" du temps où il fréquentait la garderie: son amoureux, c'est lui qui a écrit et réalisé les cinq premiers albums d'Annie Brocoli."



Cette fois c'est Grand-Homme qui réagit: "C'est pas un peu ironique?"
-???
-Ben je veux dire, tu trouves pas ça un peu ironique qu'il (le compositeur Jean-François Munger) ait décidé d'envoyer Annie Brocoli dans l'espace et Anne-Lune dans le compost?
-???
-Ben me semble que ça aurait dû être l'inverse avec des noms pareils tu ne penses pas?

Aaaaah ! Je voiiiis ! :o)

C'est que le fil conducteur musical de l'album, c'est l'aventure qui arrive au personnage d'Anne-Lune: après avoir bu un jus magique, elle rapetisse et tombe dans le bac à compost. Dans ce riche (le moins qu'on puisse dire) univers, elle rencontrera des personnages (dont plusieurs insectes utiles) qui lui donneront les ingrédients nécessaires pour l'élaboration de la recette qui lui permettra de retrouver sa taille normale. C'est un conte ludique, musical et délicieusement pédagogique qui permettra aux petits et grands de se familiariser avec les "dessous" du jardinage et du compostage.



Aux intéressées par la dynamique musique d'Anne-Lune: un CD de l'album sera tiré au hasard vendredi le 7 mars parmi ceux et celles qui commenteront ce billet.

Vous organisez des évènements promotionnels pour enfants ou avez une garderie? Notez qu'Anne-Lune propose un spectacle animé et interactif avec les chansons de son album.

Pour suivre la page Facebook d' Anne-Lune

mardi, février 18, 2014

Les enfants et la discipline canine

Lorsque nous avons décidé de racheter la chienne Mira que nous gardions en famille d'accueil en attendant qu'elle soit placée dans un des programmes d'entrainement de la fondation, il allait de soi que les enfants devaient continuer de s'impliquer auprès de ce chien qu'ils aimaient tant (et qui fut disqualifié après près de 2 mois d'entrainement dans le programme destiné aux enfants TED).

S'impliquer: promener le chien une fois par jour (par ado), le nourrir, le brosser, remplir son bol d'eau et bien sûr effectuer des tâches ingrates comme ramasser du (rare) vomi, ramasser le fruit de ses bêtises ET LA PIRE TÂCHE d'entre toutes: disputer l'animal.

Il est inutile de dire que cette petite chienne a changé beaucoup de choses dans notre vie. Outre l'organisation (comme planifier des horaires de promenades, surveiller la bouffe qu'on ne peut absolument plus laisser quelques secondes sans qu'elle ne disparaisse plus vite que son ombre, la faire garder lorsque nécessaire) elle a aussi modifié certains traits de personnalité humaine parmi les membres de notre famille.

Mes enfants les plus solitaires ou introvertis ont trouvé en cette petite Bouvier Bernois la parfaite compagne. Enjouée, affectueuse (pour ne pas dire dépendante affective), pleine d'énergie, elle fait rire les enfants par ses surplus d'adrénaline, ses élans de mongole folle, ses quêtes de jeu, ses airs candides et sa prévisibilité. Ces deux dernières années, j'ai entendu mon Tout-Doux (14 ans) rire aux éclats plus d'une fois, lui qui avait toujours été d'un grand sérieux et d'une véritable discrétion depuis son tout jeune âge.

Le chien connait les habitudes des enfants, les attend fébrilement dès qu'il sent l'agitation de la fin des classes (nous habitons assez près de l'école primaire). Il observe les ados marcher depuis leur arrêt de bus, tentant de demeurer assis, calme et patient mais sa queue s'agite, il peine à contenir son excitation...puis il finit par se mettre à japper nerveusement, trop heureux de retrouver ceux qu'il a laissé partir à contrecoeur quelques heures plus tôt.

Avoir un chien m'a permis de découvrir le degré de "leadership" de mes enfants. Je dois dire que cela m'amuse beaucoup de les observer à l'heure d'imposer un tant soit peu de discipline à notre chienne de nature dissipée et indisciplinée.

Fils Aîné est très respecté par la chienne. Elle l'adore...mais le craint tout autant. Il faut dire qu'elle a fouillé dans la poubelle de son intouchable chambre à plusieurs reprises, déchiqueté et éparpillé son contenu. Elle a alors goûté la médecine impitoyable de l'aîné. Queue entre les pattes, oreilles basses, elle file doux des heures durant après une punition de l'ainé. Il est même arrivé qu'il n'ait qu'à ouvrir la bouche pour que le chien urine sur le plancher, totalement paniqué à l'idée de se faire gronder par le jeune homme. Depuis, l'aîné s'est adoucit: pas le choix, quand on est pris pour ramasser ET l'objet du gâchis ET le pipi nerveux !!

La nonchalance de Grand-Charme (presque 17 ans) n'impressionne plus personne, pas même le chien. Se faire gronder par Grand-Charme, c'est se faire dire doucement en se faisant caresser le cou et les oreilles: "Mais voyons ma belle fille, qu'est-ce qui t'a pris de fouiller dans la carcasse de poulet? Pauvre fille, c'est pas bon pour toi, tiens, voilà un vrai bon morceau de poulet tout tendre, ce sera bien meilleur !" (je caricature...mais vous voyez le genre)

Tout-Doux a énormément développé son leadership depuis la présence du chien. Il s'impose davantage, prend sa place, habite l'espace, lui dont on oubliait facilement la calme et docile présence. Même s'il demeurera toujours d'une grande douceur, il est maintenant capable d'élever le ton lorsque vient le temps de faire savoir au chien que son comportement était répréhensible.

Coco...ah, ce Coco...Vous ne voudriez pas l'avoir comme maître ! Coco a toujours su prendre sa place. Et n'allez pas croire que parce que c'est un garçon serviable, travaillant, aimant, généreux et un véritable rayon de soleil qu'il vous rendra la vie facile si vous êtes un chien et que vous faites une bêtise. Que nenni. Coco est un intense, autant dans son enthousiasme que dans ses colères. Si vous faites une connerie, cachez-vous.
Loin.
Vous gagnerez quelques minutes mais sachez qu'où que vous soyez, il vous trouvera. Les murs de la maison trembleront sous sa grosse voix qui vous cherche. Coco ne laissera passer aucune niaiserie. Il prendra le temps nécessaire à vous faire regretter d'avoir déchiqueté des mouchoirs ou mangé le reste de son grilled-cheese. Tremblez. Un grand guerrier, Coco? On pourrait le croire mais c'est un grand pacifique.

Petit Fred a encore du boulot à faire pour gagner de la crédibilité de leader auprès du chien. Ses punitions n'impressionnent guère le cabot mais au moins, contrairement à Grand-Charme, il possède la volonté (et la faculté) de se fâcher.